Le travail sur l’œuvre suivie en cours de philosophie

7 juillet 2016

Dans le cadre d’un collectif de six professeurs de philosophie désignés par l’Inspecteur Pédagogique Régional, Monsieur Nesme, la réflexion menée cette année concernait l’implication des oeuvres suivies en séries générales et technologiques. Les objectifs de cette mission étaient de renouveler les possibilités bibliographiques, de penser des protocoles de lecture de ces oeuvres et les différentes manières de faire participer ce temps de lecture à la réalisation des autres exigences du programme.

Après plusieurs journées de travail collégial réparties sur l’année scolaire, nous rendons public les résultats de notre réflexion, qui ont également formé le support d’une journée de stage à destination d’un public de collègues volontaires ou désignés par Monsieur Nesme. Le temps de cette formation fut aussi l’occasion d’un dialogue entre nos différentes pratiques et d’un temps d’atelier autour de la proposition de plusieurs ouvrages de philosophie pouvant être proposés aux élèves dans le cadre de l’oeuvre suivie.

Ce stage fut structuré autour des axes suivants :

  • Les enjeux et les difficultés inhérentes à tout effort de lecture de la part d’élèves pour lesquels cette pratique n’est guère coutumière.
  • Les critères qui peuvent présider au choix des oeuvres en question, et la place à leur conférer en fonction des séries.
  • La variété des modalités de lecture.
  • L’étude à proprement parler de l’oeuvre, notamment dans la perspective de l’épreuve orale du baccalauréat, mais également de l’épreuve écrite.

Comme pour les précédentes années, l’intérêt de notre réflexion fut de confronter nos pratiques, d’en « tester » de nouvelles avec nos classes, de prendre acte de notre liberté pédagogique en matière de choix des auteurs et des oeuvres présentées aux élèves. Ce travail de réflexion et de partage avec la communauté éducative de philosophie est toujours aussi dynamisant et permet d’ajuster nos pratiques aux élèves tels qu’ils sont sans perdre de vue l’idéal visé par tout engagement pédagogique.